Vico Magistretti ou les débuts du Post-modernisme italien

Vico Magistretti  fut l’un des pères fondateurs de l’Italian Design, un phénomène qu’il décrit lui-même comme miraculeux, issu de la collaboration conjointe d’architectes et d’éditeurs italiens soucieux de travailler ensemble pour mettre leurs connaissances en commun et développer de nouveaux prototypes de mobilier. Il travaille dès la fin des années 60 avec Artemide, Cassina et Oluce (dont il est le directeur artistique pendant plusieurs années), dessinant des objets qui sont toujours des classiques de la modernité aujourd’hui.

Ainsi Vico Magistretti définit-il le design : “(…) une discipline aux antipodes de la stylisation forcenée et de l’utilisation embarrassante du signe, une démarche empirique basée sur l’existant, parce que chaque habitant d’une maison que je dessine a sa propre culture, sa propre histoire et son propre goût”. Il proclama son attachement au Mouvement Moderne, voir Post-moderne, n’aura aucune prétention décorative, son travail se basant uniquement sur la création d’un environnement adapté à ses habitants et une recherche de simplicité.

Quelques quarante prix couronneront les activités de Vico Magistretti dans différents secteurs et dans de nombreux pays du monde.

Ses œuvres ont été acquises par des musées majeurs du monde entier, comme le MoMA à New York et le Victoria and Albert Museum à Londres.

 

Actuellement, la galerie vous propose une sélection de plusieurs pièces signées par Vico Magistretti :

 

 

Notes biographiques

Ludovico « Vico » Magistretti, designer italien né à Milan le 6 octobre 1920, est fils et petit-fils d’architecte. A son tour, en 1939, il commence des études d’architecture au Politecnico de Milan.

En septembre 1943,  la Seconde Guerre Mondiale qui sévit en Europe l’oblige à se réfugier en Suisse  pour échapper aux déportations militaires, où il suit des cours au Campo Universitario italiano de Lausanne. Il rencontre alors l’architecte Ernesto Nathan Rogers, fondateur du cabinet BBPR (et lui aussi réfugié en Suisse après la rudesse des lois fascistes votées en Italie) qui aura sur lui une influence décisive.

Au terme de la guerre, il rejoint le studio de son père à Milan, termine ses études, obtient son diplôme en architecture  et prend part à de nombreux projets pour la reconstruction de Milan entre 49 et 59, notamment la Tower dans le parc de Via Revere (1953-56, en collaboration avec Franco Longoni) et l’immeuble de bureau sur Corso Europa (1955-1957).

Sa première reconnaissance professionnelle date de 1948, quand il remporte le Grand Prix de la Triennale du design en Italie.

Vico Magistretti crée du mobilier moderniste, pour des expositions comme R.I.M.A et pour la Triennale, en compagnie d’autres designers-architectes comme Franco Albini, les frères Castiglioni, Ignazio Gardella et Marco Zanuso.

Il enseigne et tient des conférences dans plusieurs facultés d’architecture et écoles de design aussi bien en Italie qu’à l’étranger, de Milan à New York, en passant par Paris et Londres, ville à laquelle il est particulièrement lié et où il est nommé Membre Honoraire du Royal College of Art en 1983.

Décédé à Milan en septembre 2006, son studio sera transformé en musée-fondation où l’on peut découvrir encore aujourd’hui l’ensemble de ses travaux.